Meta Quest 3, le meilleur casque VR ? Notre verdict

Écrit par Morgan Klein
22.02.2024
    Réalité MixteRéalité virtuelleAvisTech News

Si vous êtes à la recherche de votre prochain casque de réalité virtuelle (ou de réalité mixte) et que vous cherchez un avis complet et sans biais du Meta Quest 3, vous êtes au bon endroit !

Annoncé au Connect 2023 et disponible depuis octobre, le dernier-né de chez Meta se présente comme le meilleur casque de réalité mixte grand public, et un sérieux concurrent du HTC Vive Focus 3 et le Valve Index .

Mais qu’en est-il ? 

Retrouvez le tableau de ses points forts et points faibles en bas de l’article !

Pour le détail, ça se passe juste après.

Caractéristiques techniques

CaractéristiqueDétail
PrixÀ partir de 549.99 €
ProcesseurQualcomm Snapdragon XR2 Gen 2
Mémoire vive8 Go de RAM
AffichageLCD 2064 x 2208 pixels par œil
Taux de raffraichissement90/120 Hz
Champ de vision110° x 96°
Réglage de la distance interpupillaireIPD réglable de 58 mm à 75 mm
Stockagede 128 GB ou 512 GB
Autonomie2.2 h
Poids515 g
Tableau des caractéristiques techniques du Quest 3

Design et confort d’utilisation

Officiellement le Quest 3 pèse plus lourd que le Quest 2 mais on ne dirait vraiment pas. Il est beaucoup plus compact et le poids est mieux réparti : moins lourd sur l’avant du visage, ce que j’apprécie vraiment. Après ça reste un casque, on voudrait toujours qu’il soit plus léger et en général, après 30 minutes, on commence à le sentir un peu sur la tête. Ça reste plus adapté à de courtes périodes d’utilisation. 

Le réglage de la distance inter-pupillaire est beaucoup plus simple et vous pouvez même ajuster la distance entre les lentilles si vous portez des lunettes.  Vous pouvez également incliner la partie avant pour qu’elle repose confortablement sur votre visage. 

Après, honnêtement, je trouve toujours que cette interface faciale ne fait pas particulièrement haut de gamme, et si vous en avez un usage fréquent, vous voudrez certainement la remplacer par quelque chose de plus facile à nettoyer. 

Dans les points négatifs : selon les personnes, il peut y avoir pas mal de jour autour du nez, ce qui n’est pas génial pour les scènes sombres. Il y a aussi la sangle de tête, qui n’est clairement pas suffisante pour des expériences longues et qu’il faut ajuster à chaque fois autour des oreilles et de la tête.

Performances et graphismes 

Quand on compare au Quest 2, on voit directement que les écrans de meilleure qualité et les lentilles pancake plus grandes rendent l’ensemble beaucoup plus net. Il est également beaucoup plus facile de rester dans le Sweet Spot (l’endroit au centre de la lentille où tout est bien net) et donc la tension oculaire est bien moindre. Le champ de vision élargi à 110° entraîne une meilleure immersion grâce à la vision périphérique supplémentaire

Alliée aux nouvelles caméras et aux nouveaux capteurs, nous avons la puce Qualcomm Snapdragon XR2 Gen 2 qui fournit une augmentation de 2 fois et demie des performances graphiques par rapport au Quest 2. Avec un taux de rafraîchissement élevé à 90 ou 120 HZ expérimental, cet ensemble entraîne une grande plus-value visuelle dans les expériences en réalités virtuelle et mixte, le tout sans ralentissements. 

Toutes ces qualités en font même un casque PC-VR très convaincant, qu’il soit câblé ou sans fil via Quest Link, Air link ou Steam Link.

On notera l’absence de eye tracking (et donc pas de rendu fovéal) ainsi que du face tracking, pourtant disponible sur le Quest Pro. Je serais très surpris que ça soit toujours absent dans un futur Quest 4 vu le grand intérêt de ces fonctionnalités.

Réalité mixte

C’est la grande nouveauté pour Meta et je dois dire que, dans l’ensemble, les expériences de réalité mixte sont très impressionnantes. Grâce aux 2 nouvelles caméras passthrough RVB du Quest 3, qui font toute la différence avec le rendu couleur de l’environnement. Le rendu est vraiment super, bien que l’on obtienne parfois des distorsions et que les choses deviennent beaucoup plus pixelisées lorsqu’il y a peu de luminosité. 

Les 2 caméras de suivi spatial et le capteur de profondeur sont également clés avec notamment un suivi de la position du casque afin que les objets virtuels restent bien fixés dans l’espace réel. 

Ce mode et la qualité du passthrough offrent de nombreuses possibilités en termes d’usage. Vous pouvez l’utiliser comme une grande interface virtuelle pour votre ordinateur avec des logiciels comme Oculus Bureau à Distance ou Immersed. Vous pouvez aussi utiliser le hand tracking, les contrôleurs ou une souris et un clavier physique.

Ergonomie et Interface Utilisateur (UI)

En ce qui concerne les contrôleurs Touch Plus, ils ont été significativement améliorés. Ils sont plus légers, plus petits sans leurs anneaux habituels, et le nouveau retour haptique est excellent et permet d’avoir une bonne sensation de toucher des objets dans la réalité virtuelle. 

Le tracking des contrôleurs est précis et fluide grâce au suivi infrarouge. D’ailleurs le hand tracking aussi est d’excellente qualité. Selon moi, ils ont la meilleure qualité de tracking des mains et des doigts du marché du casque VR autonome.

La configuration de la zone de jeu avec le nouveau capteur de profondeur est aussi beaucoup plus rapide car l’OS propose lui-même un espace de jeu en room-scale en suivant le contour de vos meubles et de vos murs. 

Les jeux en réalité mixte sont superbes grâce au nouveau passthrough et l’ensemble de l’interface est intuitive et fluide. La présence de deux caméras de suivi spatial supplémentaires laisse supposer l‘ajout du full body tracking dans le futur.

Autonomie 

Officiellement la batterie est améliorée avec une autonomie moyenne de 2.2 heures pouvant aller jusqu’à 3 et un temps de recharge de 2.5 heures. Mais personnellement, j’obtiens entre une heure et une heure et demie en réalité mixte et au mieux deux heures et demie dans les applications et les jeux moins exigeants. 

Ce n’est pas forcément très grave, les sessions VR/MR dépassant rarement les 45 minutes. Mais ça reste dans un coin de la tête lors de l’utilisation et il faut penser à le remettre en charge systématiquement. 

On note que, comme solution, Meta a ajouté un mode graphique réduit qui améliore un peu la situation mais ce n’est pas vraiment l’idée quand on achète un nouveau casque avec des performances graphiques améliorées. 

Il est aussi possible d’ajouter la sangle Elite avec batterie ou une sangle de batterie tierce mais c’est un coût supplémentaire (que je conseille pour les joueurs et les joueuses qui veulent faire de longues sessions). 

Un point très peu souvent abordé : l’autonomie des manettes. Il faut savoir que les manettes de Quest s’allument dès qu’elles bougent. Ce qui est pratique quand on les prend en main, mais nettement moins quand on ouvre la boîte après que le casque ait parcouru un peu de chemin pour découvrir les batteries à plat.

Écosystème

L’écosystème a mûri, on dispose donc d’une bibliothèque d’applications et de jeux de très bonne qualité. L’époque d’un store rempli de démos techniques est loin derrière nous. À voir maintenant pour des applications qui prennent vraiment parti de toutes les performances du casque. 

Casque Meta oblige, vous devez avoir l’application Meta Quest sur votre smartphone pour le démarrer. Ce compte doit être obligatoirement connecté à votre compte Facebook ou Meta. Cela est anodin pour les particuliers qui disposent tous de téléphones avec leur compte facebook mais ça l’est beaucoup moins pour les pros. 

A noter que Meta a démarré fin 2023 un programme appelé Meta Quest For Business qui vous permet de l’utiliser de manière professionnelle (avec des comptes Meta Pro) mais la complexité d’installation d’applications sur-mesure m’empêche de le conseiller facilement pour une utilisation professionnelle. 

Prix

Même si le prix du Quest 3 a augmenté considérablement par rapport au Quest 2 (+60% !). Avec un prix à 549,99 € pour la version 128 Go et à 699.99 € pour 512 Go, il reste un casque accessible pour le grand public. 

Surtout quand on le compare à des options comme le Quest Pro de Meta, le apple vision pro et à d’autres casques PCVR,

Là où ça se corse, c’est que pour obtenir la meilleure expérience possible, il faut acheter des accessoires, ce qui va augmenter le coût de manière significative. Si vous ajoutez la sangle Elite avec batterie, ça monte à 850 €. Et à 1080 € si vous ajoutez encore l’étui de transport et la station d’accueil. 

Le Meta Quest 3, notre verdict  

J’adore ce casque. Même s’il pourrait être un peu plus léger et que je n’aime pas la sangle (personnellement j’ai investi dans une sangle avec batterie tierce-partie), je pense que la qualité des lentilles et de l’expérience de réalité mixte est très impressionnante. 

Pour les particuliers : Je le considère comme le meilleur casque VR autonome pour joueurs et joueuses. Je l’ai, je l’utilise très régulièrement et je le recommande souvent. 

Pour les professionnels :  Si vous cherchez un casque VR qui sera déployé à l’échelle et qui garantit la sécurité de vos utilisateurs et de vos données, je le déconseille. Si vous cherchez un casque MR, il faut l’envisager car c’est un des meilleurs. Encore plus si vous souhaitez du bon hand tracking.

Points fortsPoints faibles
Images haute résolution d’une excellente clartéAbsence de eye tracking
Processeur puissant pour des performances rapidesAutonomie limitée de la batterie
Excellentes caméras passthrough en couleursNécessite des accessoires pour une expérience optimale
Excellent hand trackingSideload complexe
Contrôleurs plus ergonomiquesCompte Meta ou Meta Pro obligatoire
Prix abordableInstallation via un smartphone obligatoire
Utilisation possible en mode PCVR filaire ou sans filPas de support Miracast



Image de profil de morgan klein
Rédigé par Morgan Klein

Développeur senior avec 12 ans d'expérience dans le développement Unity et depuis 10 ans dans les technologies immersives : Réalité Virtuelle, Réalité Augmentée, Réalité Mixte. J'ai lancé mon studio XR en 2019 et depuis, j'ai accompagné plus de 80 clients différents sur des projets immersifs.